Dee Nasty: «Je fais de la old school futuriste»

Une légende du hip hop débarque dans les locaux de Technikart: Dee Nasty, celui qui a branché la prise du rap au générateur français, sort son cinquième album. Vite, interview.

T’as des nouvelles d’Afrika Bambaataa ?

Oui, je l’ai vu à l’Elysée-Montmartre et au Rex dernièrement. Je représente toujours la Zulu Nation. Ça faisait dix piges que je l’avais pas vu, on s’est pas dit grand chose. Il est pas très bavard, toujours fatigué, en plein jet lag, mais toujours plein de paix et d’unité. Et j’en ai profité pour lui filer mes prods qu’il se plaignait de ne plus recevoir.

Pourquoi tu sors si peu d’albums ?
C’est pas faute d’avoir bossé sur mon dernier, «System Dee». Si je suis un peu connu, ça ne m’ouvre pas pour autant les portes des maisons de disques. Le créneau hip hop pour adultes ne les intéresse pas vraiment. Et c’est clair que mon public, c’est pas les minots de 15 ans.

 

Tu le regrettes ?
Non, je pense que mon public est ailleurs. Et j’ai pas essayé d’être dans le tendance pour atteindre les kids.

 

Sur cette vidéo où tu joues de la guitare, on a l’impression que tu incarnes Nile Rodgers. Ton album est d’ailleurs une leçon d’histoire de la funk et du hip hop de 1978 à 1986…

Oui, j’appelle ça de la old school futuriste. J’ai une formation qui s’appelle System Dee. Sur le morceau «Funky Situation», par exemple, je suis à la guitare, les autres assurent les claviers et la batterie. Pour le reste, j’ai tout réalisé chez moi, le studio Disques Pirates, et les invités sont des proches ou des rencontres comme la chanteuse Dierdre de Urban Swing sur le morceau «Tristesse et Joie» et «Sentiment».

Ton album traverse des lieux et des périodes clés. Si tu devais le résumer en quelques dates et autant de lieux, ça donnerait quoi ?
San Francisco en 1978, où je m’étais installé et où j’entendais les premiers free styles à la radio; la scène electro du Roxy à New York en 1980; celle de L.A. portée par Egyptian Lover quelques mois plus tard; Chabin au Bataclan début 80 et Sidney à l’Emeraude à la même période; et puis Chez Roger Boîte Funk à Paris où je jouais en 1987.

ENTRETIEN RAPHAËL TURCAT
Album «System Dee» (Trad Vibe/Musicast). En digital sur Believe.
EP d’inédits disponible en vynil.
Zulu Groove sur Générations 88.2. Tous les lundis de 23h00 à minuit.
www.myspace.com/djdeenasty




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre