Zoé Cassavetes: «La fantaisie sexuelle m’intéresse»

Réalisatrice de «Samedi soir», court métrage olé-olé programmé dans la collection de pornos féminins made in Canal+, Zoé Cassavetes aime inverser les rôles.

zo_cassavetesZoé, c’est pour qui votre film ?
Au départ, c’était surtout pour moi. Maintenant, si les fans de porno peuvent l’aimer, j’en serais ravie car j’ai essayé d’y faire passer différents sentiments: le rire, l’excitation et cette idée que les gens n’ont pas à avoir honte de leur sexualité.

Le porno, c’était un genre qui vous intéressait en tant que tel ?
Je ne suis pas une grande fan de porno car je n’y ressens aucune humanité. On a beau en recevoir plein la gueule, les vérités du sexe y restent pourtant cachées, presque tabou. «Samedi soir» n’est d’ailleurs pas un film pornographique, c’est une œuvre sur les multiples facettes du désir féminin.

Mais ça commence en dîner bobo et ça se termine par une scène où la jeune fille gode-ceinture son mec !
Elle n’essaye pas de lui faire mal, au contraire, il adore ça ! Ce n’est pas tant la sodomie qui m’intéressait que la fantaisie sexuelle entre deux amants qui s’aiment et se respectent. Et, non, ce n’est pas une revanche personnelle de ma part envers les hommes…
«X-Femmes 2»: le 27 juin à minuit. Canal+.

ENTRETIEN VINCENT COCQUEBERT




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre