Bruce Toussaint: «Ben Laden est peut-être un énorme fake»

Imaginée par Bruce Toussaint, l’excellente émission «Breaking News» traite d’infos factices avec le plus grand sérieux. Et si l’avenir était au fake-journalisme ?

bruce_toussaintBruce, d’où t’es venue l’idée de «Breaking News» ?
En voyant la fausse émission de la RTBF qui annonçait la scission de la Belgique entre Wallons et Flamands. J’ai trouvé ça d’un courage journalistique inouï. Diffuser une nouvelle volontairement fake permet parfois de créer un électrochoc qui suscite le débat.

Le premier «Breaking News», diffusé en avril 2008, annonçait l’arrestation de Ben Laden. Les gens y ont cru ?
Oui. Le lendemain, il y avait plein de messages affolés sur le répondeur de l’émission de radio de Morandini. Un ami d’un ami a même réveillé sa copine en pleine nuit pour lui annoncer la nouvelle. Le but est de créer une interrogation sur le pouvoir des images.

Et Ben Laden, tu crois qu’il existe vraiment ?
Ben Laden, c’est peut-être le plus gros fake de l’histoire de l’humanité. Raconter son arrestation, c’est surtout un moyen de rappeler qu’on ne l’a toujours pas arrêté. Cette figure de grand méchant loup insaisissable a longtemps arrangé l’administration Bush.

Tu pratiques donc une forme de journalisme paradoxal…
Oui, dans un monde où chaque mot est soupesé par des spin-doctors, le fake peut produire un effet de révélation. Le prochain «Breaking News» met en scène un faux scénario où, dans le but de lutter contre la crise, Sarkozy nomme un gouvernement d’union nationale avec Dominique Strauss-Kahn comme Premier ministre. Manuel Valls, qui était invité en plateau, a dit qu’il accepterait de participer à ce gouvernement, donc de devenir un ministre de Sarkozy. C’est un aveu qu’il n’aurait jamais fait dans une émission classique.
«Breaking News»: le 22 juin à 22h25 sur Jimmy. (La suite de l’interview dans Technikart n°133 en kiosques).
Entretien N. S.




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre